Batterie Wind

Visite nocturne dans cette batterie allemande qui joua un rôle important dans les défenses du Cotentin, lors de la 2nde guerre mondiale.

Alors que se construit le célèbre mur de l’Atlantique, les troupes nazies parviennent à s’emparer de cette batterie qui appartenait à l’origine à l’armée française. Quatre canons y furent installés, renforçant ainsi leur portée aérienne à plus de 25 kilomètres…

Ce n’est qu’en juin 1944, et après d’impressionnants bombardements, que les troupes alliées parviennent à récupérer le contrôle du site. 73 ans plus tard, on franchit de nuit les terres de ce lieu historique, accompagnés de la mémoire défunte de tous ces soldats tués au combat…

A l’entrée du site, un bâtiment qui n’est pas des plus accueillants…

Il s’agit en fait de l’infirmerie, avec à l’intérieur différents tags et autres pentacles

Les restes d’une ancienne voiture, un moteur recouvert de feuilles

Entrons par l’arrière du PDT, dont la construction sur la toiture date d’avant la guerre

De nombreux taggueurs se sont installés dans cette ancienne salle utilisée pour le calcul de la télémétrie

D’autres tags, sur une vue de toute façon désormais brouillée par la végétation…

Mais voici un « tag » authentique, immortalisant à lui seul la véritable mémoire des lieux

A l’arrière, l’une des soutes autrefois françaises, avec leurs portes d’origines

Mémoire de pierre : le socle où était autrefois posée une pièce d’artillerie

Dans les blockhaus, beaucoup d’araignées protègent leurs oeufs et sont maintenant maitresses des lieux

Usée par la rouille du temps, cette porte blindée ne bougera pas d’un millimètre

Une brique probablement d’origine, avec le nom du fabriquant de l’époque

Et les restes d’un chariot, à peine ensevelis dans les gravats

Il est temps de laisser derrière nous les fantômes du passé, encore présents derrière cette porte ensevelie par la nature…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *