Carrière des Franc-Maçons

En exploration urbaine, nombreux sont les sites qui restent gravés dans nos mémoires. Mais il en existe d’autres que l’on préfère oublier tant leur atmosphère est intensément chargée.

C’est le cas pour cette ancienne carrière oubliée dans les méandres d’un coin de campagne totalement reclus de la population. Le paysage est morbide, il n’y a plus d’âme qui y vive depuis bien longtemps et plus nous avançons dans les profondeurs de ces hectares de désolation, plus nous ressentons une ambiance pesante et malsaine.

Pourtant, de nombreux ouvriers et tailleurs de pierre se sont accomplis ici au cours du 19ème et 20ème siècle, une époque où l’exploitation du granit était en pleine effervescence et profitait pleinement de ses richesses jusqu’à la fin des années 1970. Celà fait donc près de 40 ans que cette carrière s’oublie peu à peu dans la mémoire de cette main d’oeuvre particulière et de ses plus proches voisins.

C’est ce que relatent les écrits historiques, car une étrange impression nous fait penser qu’un drame s’est passé ici. Est-ce que le passé nous parle à travers la mémoire de ses pierres, ou bien est-ce simplement un sentiment psychologique dû à un extrême isolement ? En fait, cet endroit me fait penser à l’étrange Château sans les Oiseaux.

Rien que d’y penser, et n’étant pourtant pas médium, je ne peux m’empêcher d’en avoir des frissons…

Dès notre arrivée sur l’entrée du site, cette coopérative à la charpente arrondie nous interpelle

Sur l’aile gauche, le symbole d’une poignée de main couvrant la planète nous montre son appartenance maçonnique.

Et sur l’aile droite la même chose, avec une de leur devise bien célèbre.

Nous décidons d’aller plus loin, où nous découvrons d’anciens foyers sur notre chemin…

La plupart ne sont plus que des ruines que la végétation recouvre.

Derrière les montagnes de chutes d’essais granitiques, nous apercevons au loin une ancienne installation électrique

Et encore beaucoup plus loin, nous essayons de nous approcher d’un batiment particulièrement bien caché…

L’atmosphère est très pesante à partir de cet endroit, les oiseaux se sont tus depuis quelques temps.

L’intérieur est vide, mais rempli d’un sentiment de tristesse ou d’appel à l’aide recouvert par le silence…

Nous sommes pourtant bien au mois de mai, et les arbres possèdent cependant une étrange couleur…

Nous décidons de rebrousser chemin, avec un sentiment d’inquiétude à la vue de ce triste cours d’eau

Qu’à-t-il bien pu se passer ici ? Rien ne semble naturel et il faudrait vider le lac pour peut-être le savoir…

Quelqu’un vivait-il en ermite ici ? Tant de questions sans réponses sur cet endroit bien étrange…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.