Castel Umbrella

Ressemblant très fortement au Chateau Amor Vinum, nous devons la découverte de ce chateau tombé en désuétude à un chien errant qui y avait trouvé un refuge…

Si une certaine noblesse s’est installée ici pendant un temps nous ne trouverons que très peu d’indices sur le passé de ses propriétaires. Un lit d’époque en baldaquin, une statue aux origines corinthienne, un mobilier imposant, ces personnes devaient pourtant être autrefois assez influentes.

Situé au coeur de la ville, ce manoir abrite malgré son triste état quelques documents qu’il serait précieux de conserver comme des livres vieux d’au moins un siècle ou encore une lettre manuscrite de 1942… Le temps passant, les héritiers n’auront même pas pris la peine de venir chercher ces écrits ni même le portrait du probable propriétaire, livrant le lieu aux divers visiteurs nocturnes.

Nous devons ce lieu à l’un d’entre d’eux, un chien retrouvé blessé au milieu de la route, qui devait justement sortir du chateau, que nous n’aurions pas vu sans les sirènes des pompiers. Sur son dernier souffle, nous lui rendons hommage avec cet article en nous y faufilant nous aussi pour nous y abriter à notre tour…

Dès notre entrée, nos lampes éclairent une pièce remplie autant de poussières que de mobilier…
Une vieille horloge, d’autres personnes sont passées ici bien avant nous….
Dans la cuisine, le faisceau de nos lampes donne une ambiance particulièrement lugubre…
Ces réserves encore remplies n’ont jamais été utilisées.
Que peut bien nous réserver l’étage ? Monter ces escaliers de nuit réveille l’adrénaline…
“Un parapluie ouvert est un beau ciel fermé” X. Forneret
Par leur présence, ces ouvrages sur l’histoire de France racontent aussi l’histoire du lieu
Certains datent de près ou même de plus d’un siècle…
Une lettre manuscrite de 1942, écrite et échangée durant la 2ème guerre mondiale.
Un trop court voyage dans le temps, racontée au moeurs d’autant…
S’il y avait un matelas propre, oseriez-vous passer la nuit ici ?
Nous déclinerons l’invitation cette fois encore…
En redescendant, des petits bruits attirent notre curiosité, ces fameux petits bruits de la nuit…
Mieux vaut laisser les murs s’endormir en paix en attendant de vivre des jours meilleurs…
Nous partirons comme nous sommes venus, témoins d’un modeste patrimoine livré à l’ombre de lui-même…
Dans la nuit sombre et froide, peut-être que d’autres visiteurs nocturnes y trouveront eux aussi un abri…
En attendant, laissons le temps faire son oeuvre, pourraitt-il en être autrement… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.