Détour Mortel

Retour dans la vallée interdite. La route vers cette maison abandonnée sur une colline et loin de la civilisation m’a mis très mal à l’aise.

En ce moment, je pratique mes explorations en solo (déconseillé) et pour ce lieu particulièrement étrange, le sentiment de solitude y est justement fortement présent : pas de réseau, pas d’électricité, pas d’accès routier, même pas un seul animal.

Tout comme je l’expliquais pour la Louisiane, s’aventurer dans la vallée interdite représente pour les quelques habitants restants une menace ou une activité suspecte. Je me suis même retrouvé suivi en voiture deux fois alors que je ne faisais que de me promener le long de la vallée. Dans certains recoins, la vie y est sauvage et certaines zones sont encore surveillées. Il n’est pas rare non plus de voir un hélicoptère survoler l’ensemble du territoire.

Au détour d’un virage, un arbre tombé sur un fil électrique attire mon attention. Le climat s’assombrit et une ambiance assez morbide s’empare de l’environnement. Il n’y a plus personne pour vous intimider du regard, et seuls les arbres vous observent. Je décide de continuer sur ma lancée pour voir ce qui se cache au bout de cette route assez difficile d’accès pour arriver sur deux gros murs en béton qui me font comprendre qu’il faudra abandonner la voiture et continuer à pied.

Seul un fermier doit venir de temps en temps avec un tracteur pour entretenir ses terres, mais à travers les bois une maison en pierre difficilement perceptible se cache parmi la faune, et dont le chemin reste entouré de ronces montre que personne n’a mis les pieds par ici depuis longtemps…

Tout commence par une promenade assez tranquille avec un paysage énigmatique.

L’endroit est calme et désert, la faune nous le fait comprendre.

Même les animaux sont absents, et l’ambiance se révèle particulière.

Loin des regards, cette route attire mon attention.

Mieux vaut ne pas l’emprunter par un temps pluvieux, car la pente est plus ardue qu’elle ne parait.

Plus j’avance, et plus j’ai l’impression de vivre un scnéario à la Resident Evil 4…

J’arrive enfin vers le haut de la colline, où deux étranges pierres me font bien comprendre de ne pas aller plus loin.

Le contact de la voiture est coupé, et je décide de continuer mon chemin à pied.

A partir d’ici, seules les arbres vous observent et vous entendent s’il se passe quelque chose…

Il va falloir se frayer un chemin, mais le jeu en vaut peut-être la chandelle ?

En fait, cette maison semble vide et fermée à clée, pourtant j’ai le sentiment qu’il y a autre chose…


Rien non plus dans cette grange à part une dense végétation.

A la limite, j’aurai aimé apercevoir des biquettes mais l’accès ici est également bien protégé par les ronces.

Un petit cimetière de voitures apparait, toutes de différentes régions.

Il y en a quelques autres derrière, mais l’idée de croiser quelqu’un dans un tel endroit reclus me fera rebrousser chemin…

S’agit-il d’une vieille planque ? Un homme seul est parfois en mauvaise compagnie…

Heureusement, j’ai réussi juste à temps à trouver refuge dans ma voiture avant que ne tombe une bonne averse de grêle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.