Dyscover Chapitre VII : Ton moulin bat trop vite, ton moulin bat trop fort

C’est l’histoire d’un meunier, à la vie simple et rudimentaire, travaillant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour nourrir tout le village grâce à sa farine de qualité et à son moulin.

Quand il n’y a pas de vent, il utilise son moulin hydraulique et quand vient la sécheresse il utilise son moulin à vent. Dans ce dernier, rares sont les trois étages pour stocker la farine, en principe les tours contiennent deux étages : le lieu de vie du meunier avec la cheminée pour se chauffer et fait office de cuisine, et un lit sous les escaliers. Sans eau courante, sans électricité, à l’écoute des deux meules en pierre qui moud les grains de blé à l’étage par la force du vent. Il médite seul. La livraison se fait à dos de mulet pour fournir le boulanger du village, et ce n’est pas un Don Quichotte qui viendra attaquer les tours de pierre.

En Bretagne, en Normandie, dans le Tarn, la Garonne et bien d’autres… Autrefois ces tours cylindriques dominaient les monts quelque soit la région, et avoir un moulin sur une terre était un signe de richesse et de prospérité. Ce savoir s’est perdu avec le temps, et à cause des nouvelles législations, de la privatisation de l’eau, de la destruction des barrages, ils sont devenus le signe d’une guerre de l’eau qui semble malheureusement se dessiner à l’avenir.

De ces métiers millénaires disparus ou en danger, de nombreuses ruines de moulins sont encore présentes dans nos villages. Elles nous rappellent qu’ils sont essentiels à la civilisation, et l’espoir d’un renouveau pour ceux qui tentent la courageuse aventure de se lancer dans leur restauration…

Tout en haut de la colline, apparaissent de solides et vieilles pierres gallo-romaines qu’il faut préserver.


Me voici arrivée au pied de l’édifice en bon état, plus ou moins en restauration.

En son intérieur, la superbe charpente apparait comme neuve et refaite.

Cette roue en pierre est une meule à broyer qui doit peser très lourd…

On remarque les traces d’un ancien escalier, que le meunier utilisait chaque jour.

La lumière passe à travers l’intérieur du moulin entre deux étages.

Voici Luna, qui aimerait bien se mettre au travail pour le faire fonctionner mais toute seule la tâche se montre compliquée.

La cheminée devait réchauffer le coeur du meunier après une journée de dur labeur.

Mais qui se montrera assez courageux pour reprendre ce noble métier ?

Dans les hauteurs, le vent souffle sur ce moulin dans l’attente de jours meilleurs…

A l’horizon, les pleines sont vastes, les champs remplis de colza et de tournesols, tandis que la terre s’assèche autour de ce patrimoine au passé plein d’avenir…

Pour en savoir plus et retrouver de nombreuses autres photos sur les aventures des Dolls, rejoignez-nous directement sur le groupe facebook qui leur est dédié : DysCover

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.