La Louisiane

Dans la vallée interdite, une maison condamnée abrite un petit cabinet de curiosité menacé d’être emporté par une pente dangereusement glissante.

La Louisiane. C’est ainsi que nous avons nommé cette maison avant même de découvrir ce qu’elle pouvait bien cacher. En fait nous l’avions déjà remarquée il y a 1 an, non loin de ce village où la grande majorité de la population locale est partie brusquement.

Idéalement située aux bords d’une vallée, elle domine encore aujourd’hui le paysage mais les intempéries des saisons passées fragilisent son terrain et la situation de son emplacement la rend malheureusement vulnérable à un futur éffondrement certain. Qu’en est-il aujourd’hui ? Autrefois entièrement fermée, la surprise de découvrir qu’elle est désormais ouverte me conforte dans l’idée qu’il s’agit du bon moment pour entrer à l’intérieur.

Aucun hélicoptère en vue, ni garde de sécurité dans cette vaste région pourtant encore surveillée. Dans ces conditions, le sentiment d’être vu est omniprésent surtout lorsque je tombe presque nez-à-nez devant des animaux empaillés. Je met donc cette impression sur leur compte et décide de ne pas trop trainer malgré tout. Il s’agit d’une ancienne maison de pêcheur, visiblement amateur ou passionné de chasse et de taxidermie.

En avant l’aventure, ces trophées de la faune sauvage et ces moments de vie racontent une histoire oubliée qui mérite d’être immortalisée en images avant qu’il ne soit trop tard…

A l’entrée, un buste empaillé d’un brocard semble ne pas avoir été entretenu depuis un bon moment.

A l’intérieur, nous découvrons l’univers d’un passionné de pêche et de la vie sauvage à l’état naturel.

Un petit écureuil dont le regard se confond entre étonnement et malice.


Un canard à l’état sauvage se trouve immortalisé en plein envol.


On imagine un grand feu réchauffer la pièce principale ou utilisé pour faire rotir le gibier, festin de la journée…

“The true meaning of life”, en français le vrai sens de la vie…

N’est-il pas de trouver le vrai but à son existence ?

En restant vigilant de mes pas sur un terrain déjà instable, on se croirait presque à bord d’un bateau de pêche.


“Souviens-toi qu’un poisson mort peut flotter en suivant le courant, mais seul un poisson vivant peut nager en le remontant.” – W.C. Fields.


Le Mètre Ricard, indispensable pour décompresser d’une durée journée.

Laissons cet endroit consacré à la nature, revenir à la nature…

“Il lui restait une lueur d’espoir, comme la braise mal éteinte d’un feu de camp.” -L. Barclay.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.