Le Soldat Inconnu

Bien des décennies nous séparent depuis l’abandon de cette modeste petite maison de campagne, restée figée dans un autre temps.

Un ancien chemin est recouvert de ronces, et des planches au sol nous font penser à un vieux portail en bois, entièrement dévoré par la végétation. Après quelques efforts, nous voici arrivés au plus près de ce qui semble être une porte d’entrée, avec du lierre grimpant jusqu’au toit. Celle-ci est encore protégée par quelques branches, qui laissent entrevoir une vieille fenêtre aux carreaux cassés.

Le rebord se montre bancal, et le sol apparait gondolé. Mais une fois à l’intérieur, l’ensemble tient encore debout grâce aux solides poutres qui soutienne le grenier. Les éléments de tapisserie, le mobilier et surtout les sabots nous offrent un véritable voyage dans le temps, peut-être dans les années 70 ou 80, si ce n’est pas davantage. Car qui de nos jours parmi nos anciens possède encore une cage à lapins dans la cuisine, afin de conserver quelques aliments ?

Il est vrai que malgré une forte chaleur à l’extérieur, la température à l’intérieur reste en revanche idéale pour maintenir au frais des bocaux, d’ailleurs nous n’avons trouvé aucun réfrigérateur. Le ou la propriétaire des lieux en profitait pour mettre quelques bouteilles de vin à l’abri derrière un rideau, mais depuis, force est de constater que l’humidité a tout de même gagné la partie.

A travers la poussière, un cadre en noir et blanc et jaunit par le temps arbore fièrement le portrait d’un soldat, tel un gardien qui veille sur le passé de la maison. Une sensation étrange, comme celle d’avoir traversé un autre monde lorsque nous sommes sortis de la maison, afin de retrouver la civilisation…

Le salon et la cuisine ne font qu’un, nos anciens savient vivre ainsi.

La maison baigne dans l’obscurité, tant l’extérieur est recouvert par de nombreux buissons.

Cette carafe a beaucoup vécu, elle commence même à virer au vert sur le dessus…

La marque NEC ? Aussi inconnue que l’hôte des lieux.

Une boite Fruidorier, pour stocker la margarine, et tout un équipement de cuisine à l’ancienne.


Un placard rudimentaire, comme on en fait plus depuis longtemps…

Une bonne bière, suivie d’uune bonne prière, le secret pour une bonne et longue vie.

Point de tv, ni de téléphone filaire. Le temps n’existe plus ici


Etrangement, cette maison se révèle attachante avec son charme atypique d’une autre époque.

Bien que miteux maintenant, on imagine la personne ronfler confortablement, avant de reprendre une activité et d’enfiler les sabots au matin !

Sans leur plateau de course, ces trois petits chevaux semblent errer sur place…


Un autre temps, une autre dimension. Nous saluerons une dernière fois avec respect le maitre inconnu des lieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.