Les ruines du Château des Cygnes (partie 2)

Après 3 années d’absence, je retourne explorer cet endroit mystérieux dont aucune trace historique ne semble recenser l’existence.

C’est un ami d’enfance qui m’a montré ces vestiges qui dateraient de l’époque gallo-romaine. A l’époque, nous y sommes allé de nuit sous la pluie et les images n’étaient évidemment pas terribles (voir ici). Cette fois, après une bonne journée d’exploration urbaine à travers le département et passant à côté, je décide d’y retourner sur un coup de tête.

L’ambiance n’est pas la même et ma vision non plus, les choses étant beaucoup plus claires par un temps doux et agréable. Entre deux confinements et en pleine semaine, il y a peu de touristes pour se promener dans le parc et j’en profite pour m’éclipser dans cet endroit au calme et assez éloigné des yeux du public. Cette partie oubliée du domaine n’est toujours pas entretenue et devrait pourtant à mon sens faire partie du patrimoine historique.

Comme un gamin fort excité à l’idée de se prendre pour Indiana Jones pendant quelques instants, je décide de partir à l’aventure et de suivre mon instinct. Ce dernier ne me décevra pas, puisque grâce au calme de la rivière et à la lumière du soleil, j’aurais peut-être découvert l’entrée d’un bien étrange souterrain…


Ces escaliers vieux de plusieurs siècles sont plus dangereux que la première fois où je m’y suis rendu…


Me voici arrivé au pied des fondations d’un ancien pont, se tenant toujours fièrement debout avec la végétation qui l’arbore.


Je ne suis pas historien, mais si ce n’est pas une ancienne simple maison en pierre il s’agit peut-être d’un ancien poste de garde ?


Il n’en reste en tout cas que des ruines, mais elles auraient peut-être bien des choses à raconter…


Le sol à bien changé au fil des siècles, ce qui rends ces ruines davantage plus agréables à contempler.

Combien faut-il de temps pour que la couleur de ces vieilles pierres ne déteinte d’un vert pareil ?

Nous retrouvons la même écriture d’époque, dont j’ignore encore la signification…

Tel un archéologue amateur, je me retrouve en quête de vieux ornements encore visibles.

Les rayons du soleil éclairent l’endroit mystique depuis près de deux millénaires.

Passé inaperçu la première fois, un trou se dégage du sol, parmi les feuilles. Peut-être a-t-il été déterré par un animal ?

En y jetant un oeil, on aperçoit une petite entrée sur la gauche, et une autre plus lointaine qui partirait sur la droite.


Ce “trou” qui ressemble à un souterrain est beaucoup plus haut qu’il n’y parait. Quel secret peut-il bien caché…?

2 thoughts on “Les ruines du Château des Cygnes (partie 2)

  1. C’est magnifique, absolument merveilleux j’adorerais voir cet endroit en vrai .
    Cependant, je vous donne ma version d’Historienne : les inscriptions, elles sont anciennes mais je pense qu’elle sont postérieures au lieu . C’est probablement quelqu’un qui s’est entraîner à marteler , sans aucun lien avec la construction du lieu lui même .
    Deuxièmement, il ne semble pas s’agir de vestiges gallo-romains , mais je daterai ça plutôt entre le moyen âge (12/13e siècle) et le 18ème siècle . Sans plus de recherches sur place il est difficile d’être plus précise .
    Je pense qu’il s’agit d’un ancien lieu de culte , Église ou Chapelle , qui aurait apparemment été victime d’un très grand incendie .

    1. Bonjour Dardenne et merci beaucoup pour ces précisions. Je compte revenir sur les lieux prochainement pour en savoir plus sur ce souterrain et aussi me renseigner à la recherche d’informations. Selon le résultat je vous tiendrais au courant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.