Maison de la Vieille Femme

Cachée et recouverte par une dense végétation, cette demeure isolée qui abrite désormais des chauves souris dévoile quelques lettres et photos sur le passé de sa propriétaire.

Seul le rez-de-chaussé sera accessible pour cette vieille maison restée longtemps à l’abandon et dans un très mauvais état. Certains meubles, livres et magazines révèlent une époque que l’on pourrait situer autour des années 1930, soit un petit voyage dans le temps de près d’un siècle.

Dommage que la dangereuse vétusté de l’étage et l’impossible entrée de la cave m’empêchent d’en savoir plus sur le passé de cette femme solitaire, mais les documents encore présents peuvent nous faire supposer qu’elle se soit occupé de l’éducation d’une fillette peu avant avant la première guerre mondiale.

Si la mère adoptive est probablement décédée depuis, peut-être que la jeune fille qui a aujourd’hui bien grandi est peut-être encore en vie quelque part, elle ou ses héritiers…

Cette petite fenêtre en dessous du toit encore visible semble me faire de l’oeil…

C’est malgré la jungle de lierre que je m’engage pour y trouver un accès

Il faudra une nouvelle fois braver les ronces pour accéder à l’entrée principale, visiblement ouverte

Lugubre et vétuste, une chauve souris m’accueille et s’enfuit directement vers l’étage…

Continuons tout de même sur la gauche, où une imposante cheminée n’a pas été nettoyée depuis longtemps…

Le four avec ses magnifiques motifs et ornements, typiques du début de siècle dernier

Différents équipements utilisés pour un cheval, qui vivait probablement non loin d’ici…

« Fatôme », un roman de Paul Vialar, publié en 1939.

« Dimanches de la Femme : Mademoiselle et son bébé »

Romans, bande dessinée et tutoriel des années 30

Croquis d’un poussin à assembler soi-même

Les pensées confuses de Polly, et les recette de Bettine

Les restes de l’illustration d’un livre

Ne nous éternisons pas, ce plafond semble de moins en moins solide…

Chroniques normandes

Sur la salle de droite, de nombreux trous au sol m’empêcheront d’aller plus loin

Le sous-sol ou la cave, mais aucune entrée n’est hélas visible

En revenant sur mes pas, un détail retient mon attention…

Derrière le canapé, une petite lettre qui ne demande qu’à être lue.

Samedi 22 octobre 1938.

Un peu de lecture où l’on en apprend un peu plus…

…suite et fin de la lettre.

Seules les chauves souris peuvent atteindre l’étage sans trop de risque…

Mais une autre lettre est présente dans les marches…

Malheureusement même une fois la poussière omise, elle reste difficilement lisible.

Malgré que de nombreux documents soient encore certainement présents, cet étage gardera précieusement ses mystères…

2 thoughts on “Maison de la Vieille Femme

    1. merci beaucoup 🙂 malheureusement non, déjà que je n’ai pas encore le budget pour avoir un bon appareil photo, je pense que le drone attendra encore un peu… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *