Maison Sylvanian

En arrivant sur les lieux, nous nous attendions a faire choux blanc jusqu’à trouver une ouverture particulièrement bien cachée…

Des bruits de cartouches aux alentours, des voisins très regardants puis un chien qui aboie au moment de passer devant la plus proche maison, décidément la partie ne semblait pas gagnée d’avance. Même une fois à l’intérieur, il nous aura semblé entendre des voix…

Mais le jeu en vaut la chandelle puisque cette petite maison particulièrement bien conservée nous a réservé de charmants secrets. Malgré le désordre dû au vol de tous les objets de valeurs, la maison est tout de même restée dans son jus avec son mobilier d’époque et surtout tous ses souvenirs…

La traditionnelle machine à coudre Singer, le piano en parfait état, la radio d’époque, la voiture parfaitement bien rangée dans le garage et chose plus rare deux comtoises bien préservées nous rappellent que la maison était autrefois très vivante, il suffit de se rémémorer le tictac d’une comtoise pour s’en rendre compte.

Tel le battement de coeur d’un membre à part entière de la famille, ce dernier a décidé de s’arrêter subitement afin de se remémorer tous ces moments figés dans le temps…


A l’étage, la poussière a véritablement repris le dessus.


Une radio vintage accompagnée d’une médaille militaire fièrement exposée.


Entourant une partie du lit, ce meuble était autrefois très à la mode.

Dans le grenier, divers objets entassés et quelques portraits attirent notre attention.


Les images parlent parfois, on voit ici que l’homme aimait la mer et les bateaux.


L’emblématique 4L, combien comme elle dorment plus dans les vieux garages que n’en roulent encore sur les routes ?


Celle-ci est condamnée a n’avoir pour seule vue que l’entrée du garage… pendant combien de temps encore ?


Son intérieur est parfaitement conservé, avec ses tissus d’origine.


Un peu plus loin, même les affaires sont restées en l’état. La personne s’en est allée s’en un au revoir…


Peu importe l’angle de vue, le portrait de cette petite fille nous suit véritablement du regard.


Notons la présence d’une orbe rose traversant la pièce, non présente sur les autres photos.


“Visiteur, qui es-tu ?”


Dans la pièce principale, la déco est vraiment d’une beauté chaleureuse.


On devine néanmoins la présence d’une personne malade et vieillissante…


Mais autrefois joviale et pleine de vie en étant au plus près de son piano et de ses mélodies.


Madame n’est plus là, mais les souvenirs de sa jeunesse et d’un temps révolu encore bien présents.


La descendance.


L’alliance entre la Bretagne et l’Alsace ?



“Même si je savais que la fin du monde était pour demain, je planterais tout de même mon pommier.” – Martin Luther (1483-1546)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.