Manoir du Séminariste

Toujours sur les chemins de la Providence, nous tombons sur un domaine riche d’une histoire marquante qui aura inspiré un roman.

Nous sommes dans les années 60, au coeur d’un petit village paisible comme il en existe tant d’autres dans la campagne française. Alors que la plupart des enfants préfèrent s’amuser dès qu’ils en ont l’occasion, l’un d’entre eux, toujours calme et sage, avait reçu “le signe” et n’avait qu’une seule idée en tête : celle de devenir prêtre.

Il était fasciné dès le plus jeune âge par l’amour divin, et lorsque vient l’adolescence, il déclara sa vocation à sa famille, en décidant de suivre des études pour améliorer sa foi. Il n’en fallait pas plus pour que ses frères et soeurs le chamaille, et que la rumeur se répende très vite aux oreilles du prêtre du village. Ce dernier l’invîta à lui enseigner bon nombre de choses, et grâce à son calme, son expérience et son sens de l’humour il rassura le jeune homme dans sa quête spirituelle.

Quelques années passèrent, et tandis qu’il allait fermer les portes de l’église après un séminaire, une inconnue vient se présenter à lui. Son allure, sa façon de penser et de s’exprimer firent que le jeune prêtre ne pensait qu’à elle au fil des jours et des semaines qui passent, bien au-delà de ses études qui lui étaient pourtant très chères à ses yeux.

Il en était de même pour la jeune femme, et un sentiment confus s’était alors emparé de lui, hésitant entre l’amour divin et l’amour terrestre. Quel signe, et surtout quel destin allait-il choisir ?



Le chemin vers cette petite chapelle est presque entièrement recouvert de feuilles.


Dès l’entrée, la cuisine d’une autre époque nous nous montre un four qui n’a pas été utilisé depuis quelques décénnies.


L’ensemble des pièces est vide, mais les lustres montrent le caractère du manoir.


Celui-ci emporte tout son poids, suspendu comme le temps qui s’est arrêté.


Quel dommage qu’il n’y ait plus de mobilier, je pense que l’on aurait eu droit à un véritable cabinet de curiosités.


Point de repas sans benedicité, ce dernier était un véritable rituel sacré du matin au soir.


Le souvenir d’un pélerinage à Lourdes est encore accroché au mur.


Les croix sont présentes dans de nombreuses pièces, elles ont une place importante au sein du foyer.


Fier de ses études théologiques, le jeune prêtre enseigna dans de nombreux séminaires.


Rien ne pourra semble-t-il arrêter sa vocation.


Mais la rencontre d’une femme vient soudainement changer son destin, et le jeune prêtre se retrouve face à ses interrogations.



L’amour terrestre serait-il un péché lorsque l’on a reçu le signe ?



Cette remise en question va mettre sa foi à l’épreuve, et il parviendra tout de même à se faire violence pour se consacrer au célibat.


“La femme nous remet en communication avec l’éternelle source où Dieu se mire.” – E. Renan.


Alors qu’il la fui et met de côté son amour terrestre, une nouvelle rumeur se répand dans le village : la jeune femme a décidé de devenir religieuse dans un monastère.

Serait-ce un nouveau signe de la Providence, ou une nouvelle épreuve bien plus difficile ?


Le destin fera en sorte qu’ils se retrouveront à étudier ensemble les saintes écritures.


Mais une question pose un véritable problème : qu’en est-il du mariage aux yeux de tous ?

Que sont-ils devenus ? Le récit raconte qu’ils vivront un amour secret…

Un prêtre et une religieuse. Cet amour interdit les ménera vers de nouvelles interrogations, tout en gardant la foi au coeur…


Le mystère demeure encore présent de nos jours, au point qu’un roman puis un film se seront inspirés de cette histoire. Mais plusieurs décennies plus tard, un héritage inattendu viendra-t-il tout révéler ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.