Moulin Parousie

Rayonnant de prospérité au fil des siècles, il est toujours intéressant de se pencher sur l’existence de ce patrimoine plus ou moins oublié…

Bien avant les sites de production d’hydro-électricité, existaient déjà depuis fort longtemps les anciens rouages mécaniques permettant à l’écoulement de l’eau de fournir l’énergie nécessaire pour mouvoir certains outils.

Présents bien avant l’apparition des moulins à vent, les moulins à eau ont connu une forte extension au moyen-âge, où les meuniers qui avaient des droits de propriété près d’une rivière pouvaient devenir seigneur locaux ou maitres de l’eau grâce à leur monopole sur les autres moulins et donc sur la distribution à la population.

D’après mes recherches, c’est autour du 13ème siècle que le nom du lieu-dit est apparu et correspond avec cette période. Plusieurs générations se sont succédé depuis, des destructions puis des renaissances, mais le symbole est encore présent de nos jours. Mais avec l’apparition des turbines au 19ème siècle puis de l’électricité avec les barrages, les temps se montrent difficiles pour les moulins quelque soit leur fonction.

Celui ne cherche d’ailleurs plus d’acquéreur depuis longtemps, mais qui sait peut-être que ce domaine retrouvera un jour la prestigieuse allure millénaire qu’il mérite ?


Bien qu’en piteux état, la végétation qui l’entoure forme une forteresse naturelle qui voudrait le protéger.

De quand date-t-il ? Il semble aussi facile d’y entrer comme dans un moulin 😉

Des tuiles sont empilées comme si elles allaient servir un jour, mais le temps passe et l’humidité s’installe…

Certaines éléments de la cheminée sont restés sur place…




Un fer à cheval, symbole de chance et de protection peut-être pour l’avenir ?

L’accès à l’étage supérieur est-il accessible ?


Une serrure improvisée


Malheureusement nous n’irons pas plus loin et le sol ne demande qu’à s’effondrer

Il reste cependant quelques meules pour se rattraper…


Puis une curieuse cavité souterraine où il faudra presque ramper pour y entrer attire mon attention

Il s’agit de la cave à vin, bien cachée et certainement bien remplie à l’époque


Dommage qu’il ne reste pas quelques bouteilles, à l’abri elles auraient pu être tout aussi bien conservées que ces bocaux

Refermons délicatement la porte d’un aurevoir grinçant…

“La roue de la Fortune tourne plus vite que celle du moulin.” – Miguel de Cervantès.


Avec la privatisation de l’eau, la restauration d’un moulin reste une aventure très difficile, mais ce n’est peut-être qu’une question de temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.