Quincaillerie de l’Auvergnat

Une “rencontre” inattendue viendra perturber notre exploration de cette quincaillerie renommée depuis près de cinquante ans…

Être à la fois routier et vendeur, voilà un concept qui ne s’improvise pas. Depuis les années 60, les camions de cette quincaillerie itinérante se déplaçaient eux-mêmes auprès de leurs clients jusque dans les plus petits villages de France.

Des outils de bricolage, pour la maison, pour le jardin et même pour les voitures traversaient ainsi les routes au point de concurrencer les grandes enseignes. Mais avec l’apparition dans les années 2000 du commerce sur internet et du départ de son fondateur, la réputation conviviale de cette entreprise qui s’était fait un nom par le bouche à oreilles commence à s’affaiblir petit à petit, laissant de côté une recette qui fonctionnait pourtant à merveille…

La loi du marché étranger s’y intéressa et elle changera d’ailleurs plusieurs fois de noms pour survivre, jusqu’à sa fermeture agitée en 2016. Dans ses locaux, de nombreux outils sont encore présents, les bureaux sont désertés et la présence de détecteurs puis d’un gardien fera revivre pendant quelques instants l’activité de cet entrepôt hors du commun…

Un premier immeuble, peut-être l’accueil, que nous envisagions visiter en dernier…

Dans les arrières, nous nous introduisons par une fenêtre déjà ouverte parmi des murs déjà tagués…

Il s’agit d’un bureau de secrétaire. On pourrait presque l’imaginer surprise de notre arrivée…

Nous prendrons le temps de regarder l’agenda avec la date de la fermeture définitive…

Et quelques notes, restées tel quelles dans les tiroirs du bureau…

Dans les vestiaires, tout est en désordre, signe du ras le bol des salariés révoltés.

Un peu plus loin, d’interminables casiers et d’inventaires s’étendent à perte de vue.

Un atelier de réparation, avec encore de nombreux outils.

Les célèbres phases de rappel de manutention, utiles pour le dos des ouvriers.

Cette machine devait produire des films plastifiés, afin d’emballer les produits.

Nous ne verrons pas la fin de cette pièce aux interminables stocks…

Derrière les grilles, nous constatons que tout le matériel est encore présent.

Un fenwick, peut-être encore fonctionnel pour transporter les palettes.

Nous resterons quelques temps dans cette pièce, discrètement sans bouger avec l’adrénaline de nous rendre.

Une dernière photo avant de rebrousser chemin tranquillement, évitant de justesse la vigilance du gardien qui continuera le sien…

One thought on “Quincaillerie de l’Auvergnat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.