Château des Orphelines

Fortement rongé par des années d’abandon, cet ancien orphelinat du milieu du XXème siècle est par la suite devenu une coutellerie renommée dans les années 80.

Aujourd’hui, dans l’oubli le plus total, ce patrimoine possède encore quelques précieux documents historiques à sauver mais son temps est malheureusement compté…

L’accès à l’étage, probablement le plus intéressant à découvrir, restera impossible à cause de son plafond qui menace de s’effondrer à tout moment.

Il en sera certainement ainsi jusqu’à sa destruction, inévitable que ce soit par l’homme ou par le temps…

A première vue, l’entrée ne sera pas difficile à trouver…

Mais y accéder par ici n’est pas aussi simple…

Heureusement, l’ancienne chapelle fait exception

On peut entendre le bruit grinçant de la charpente à peine solide

Croquis, mesures et calculs du temps où le château était une usine de renommée

L’atelier, autrefois reconnu et désormais oublié…

Deuxième partie de l’atelier

Dommage, l’argenterie n’est plus présente dans sa boite

Et dans celle-ci non plus…

Un moteur d’époque

L’escalier est encore intact malgré la densité de la végétation

Des casiers où était rangée l’argenterie faite à la main

Un générateur et un disjoncteur rouillés

Un garage pour stocker toutes sortes de choses…

A l’extérieur la jungle a pris possession des lieux…

Retour vers l’orphelinat

où jonchent au sol les restes d’un meuble comme on en fait plus.

Autrefois, la cour offrait un grand espace de liberté pour ces pupilles de la nation

Peut-être que différentes affaires étaient entreposées ici

Voix sans issue !

Ne prenons pas de risques…

Ici non plus…

Le plafond s’est écroulé sous le poids des années…

Mais tentons tout de même de récupérer quelques images

Agrandissement pour avoir un aperçu du château dans les années 1920…

et de trouver quelques archives

Mais je doute que ça réponde au bout du fil

Même avec l’aide d’un annuaire de 1984…

Petit voyage dans le temps

Spectacle, galas et photographie d’époque

Nous quittons désormais ce lieu peu rassurant

Et trouvons un coffre-fort en retournant sur nos pas

Puis ce qui ressemble à une salle de repos

Laissons justement en paix les fantômes du passé…

Avant d’apercevoir ce qu’il reste des touches d’un piano qui aura bien vécu

Ainsi que le château, se reposant de ses vieux jours, dissimulé dans l’oubli…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *