Le local des militants

Des tags au loin, une ruelle sombre et un grillage arraché nous indiquent la voie à suivre pour nous retrouver dans la cour d’un vieil édifice.

Arrivés devant un garage grand ouvert avec à côté une maison aux fenêtres cassées, nous avions vu juste une nouvelle fois : l’endroit était bien abandonné, mais probablement depuis quelques mois seulement. Au rez-de-chaussée, tout est calme, mais la méfiance d’un potentiel squat nous oblige à redoubler de prudence.

Alors que nous montons les premières marches, une sirène de police se met à hurler près de nous. Nous marquons un temps d’arrêt à l’étage avant de comprendre que la patrouille était occupée ailleurs. Il fait nuit, nous sommes près du centre-ville, finalement il n’y a rien de plus banal que d’entendre un gyrophare. Ouf, ce n’est toujours pas pour cette fois.

Nous reprenons alors discrètement notre exploration jusqu’au grenier, pour découvrir où nous sommes. Grâce aux affiches, livres, prospectus et archives datant des années 1990, nous comprenons que ce bâtiment était autrefois le local d’une célèbre confédération de syndicats français…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *