La Prison Toréador

Ce travail de groupe nous aura demandé une solide corde et une détermination sans faille pour connaitre les secrets qui règnent derrière ces quatre murs immenses…

Alors que les détenus échouaient désespérément à l’idée de sortir un jour de cette prison, c’est paradoxalement que nous franchissons avec difficulté l’imposant mur, pour entrer dans une prison aux détails chargés d’histoire.

Si nous n’avons retrouvé que très peu d’informations concernant le passé de cette prison, nous pouvons tout de même estimer qu’elle fut construite vers le milieu du 19ème siècle, afin d’isoler des marins malades revenant de pays exotiques. A l’intérieur d’une des cellules, une scène macabre marqua la population et fit la une des journaux de l’époque : le supplice du Toréador, où des sévices corporels par brûlures sur le torse étaient infligés entre détenus… Servant ensuite de psychiatrie, cette prison sera plus tard utilisée pour enfermer des soldats lors de la deuxième guerre mondiale.

Nous sommes curieux de connaitre davantage de détails concernant cette prison. N’hésitez donc à commenter ou à nous adresser un message si jamais vous la reconnaissez, ou si vous avez la moindre information sur ce lieu, qui n’en doutons pas malgré sa petite taille, doit certainement avoir encore beaucoup à raconter…

Arrivés devant l’édifice, une ambiance lugubre se fait ressentir

Les barreaux d’une fenêtre nous laissent entrevoir l’intérieur d’une cellule…

et nous entrons dans le couloir principal, où les portes glaciales nous accueillent, traversées par le vent…

Une autre pièce, où les imposants barreaux empêchent tout espoir de s’évader un jour

Un urinoir résume la vie précaire des prisonniers

Suivi d’un ornement d’époque, rouillé par le temps.

Dans une autre pièce, l’ombre d’un souvenir qui aurait certainement aimé n’avoir jamais existé

accompagne un pilier orné de planches de bois, dont l’utilisation nous échappe…

Le temps devait paraître extrêmement long pour les prisonniers, où la vue se résume à un autre mur.

Une sympathique trouvaille : le plan allemand du Graf Zeppelin II LZ 130, dessiné durant la seconde guerre mondiale.

Dans la même pièce, une fenêtre à l’architecture particulière

Probablement un vestiaire, pour les détenus ou le personnel

Une vue d’extérieur…

…où un modeste dessin tente d’ajouter un peu de gaieté en ce lieu étrange

Voici la deuxième partie de la prison…

…où l’on peut imaginer les pas du gardien, surveillant le comportement des détenus

…et les observer à travers le judas de cette porte de prison à l’ancienne…

…qui donne sur une cellule d’isolement, où le prisonnier devait se sentir à l’étroit entre ces murs épais.

Aujourd’hui la voie est libre…

Comme le montre la végétation qui reprend ses droits, en commençant par cette fenêtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *