Maison aux Papillons

Quel secret se cache à l’intérieur de cette maison ? La forte nature tout autour y est tellement implantée que son accès reste impossible.

Située au plus près d’un cours d’eau lui-même situé au fond d’une vallée humide, la végétation ne peut que recouvrir la toiture d’un petit édifice qui servait peut-être de moulin hydraulique. Il suffit d’enjamber par dessus le morceau restant d’un portail en bien piteux état pour y accéder et surtout de découvrir de l’autre côté un eco-système digne d’une petite fôret qui s’est installée depuis longtemps.

J’ai cru comprendre qu’il y avait une maison tout au bout. Mais d’ici, impossible de la percevoir tant la cour ou le chemin qui devait permettre d’y accéder a été remplacé par une impressionnante flore installée depuis longtemps. Celle-ci se montre vraiment repoussante mais forçons tout de même le possibilité de nous frayer un chemin à travers les petits et grands arbres, les ronces et les nombreux feuillages. Après quelques mètres de lutte, il devient de plus en plus difficile d’avancer mais heureusement un vieux tractopelle bien ancré permet de se repérer dans cette véritable jungle. Est-ce la bonne marche à suivre ? Rien n’est moins sûr.

A ce stade, se dire que l’on est arrivé à la moitié est déjà en soi en véritable exploit. Mais en avançant encore un peu, la demeure apparaît enfin, par contre, alors que le meilleur chemin semblait trouvé, il devient vraiment dangereux de s’aventurer plus loin. Une forte odeur désagréable viendra couronner le tout, et il faudra à contrecœur se faire à l’idée de devoir faire marche arrière.

Du moins pour l’instant, car rester sur sa faim de cette façon est frustrant. Il faudra revenir un autre jour dans de meilleures conditions, en espérant que la maison nous révèle ses mystères, car j’ai du mal à croire que tout ça ne mène que sur quatre murs vides…

Un petit abri solide facilement atteignable à première vue.

La nature prouve une nouvelle fois qu’elle a horreur du vide.

Une averse tombe, et il n’est pas désagréable de se trouver à l’abri dans ce qui est peutêtre un ancien moulin hydraulique.


Qui peut abandonner son tractopelle, et pour quelle raison ? Les travaux vont se montrer mille fois plus compliqués maintenant…


Derrière la forêt de ronces, d’orties et de feuillages, c’est tout un système d’éco-système qui s’est formé, en plus d’une forte odeur insupportable qui empêchera d’aller plus loin. A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.