Maison Lothar

Post Disclaimer

Site actuellement en rénovation.

Pour une bonne expérience et optimisation des photographies ici présentes, je vous recommande d'utiliser le navigateur Mozilla Firefox.

En effet, selon le navigateur web que vous utilisez, certains ont modifié à leur guise le format standard des couleurs... Ne soyez donc pas surpris si quelques photographies apparaissent plus saturées qu'elles ne devraient être.

Si vous utilisez Chrome par exemple, vous pouvez toujours modifier ce paramètre en tapant chrome://flags dans la barre d'adresse, puis de modifier le Force color profile en "sRGB".

Bonne exploration/visite !

Depuis les bombardements de la guerre, Albert et Suzanne n’espéraient pas revivre un jour ces scènes marquées à tout jamais.

Pourtant, un scénario d’une autre forme viendra malheureusement bel et bien se reproduire, comme si le ciel leur tombait à nouveau sur la tête.

“Ecoute-moi bien ma Suzanne. Ce que je vais te dire, c’est sérieux. Et puis c’est même grave. Si on s’en sort, si la maison tient debout, et puis si un jour je peux rallumer l’enseigne qui est au-dessus de la porte… et bien je te jure de ne plus toucher à un verre. Jamais. Tiens regarde, c’est peut-être le dernier…” Dialogue de Jean Gabin à Suzanne Flon, extrait du film “Un Singe en Hiver”.

Nous sommes à la fin de l’année 1999, et dehors, le vacarme de la tempête en plus de l’impressionnante vitesse du vent leur rappelle de bien mauvais souvenirs. L’inimaginable catastrophe survient au petit matin : cette bombe météorologique qui viendra emporter une partie du toit, laissant le mur vulnérable au point de s’effondrer au milieu du salon…

Devant l’ampleur des dégâts pour ce couple qui a déjà beaucoup vécu, leur désarroi les découragera à l’idée de tout reconstruire, laissant ainsi l’intérieur de la maison resté figé dans son jus depuis une vingtaine d’années. Heureusement, un hôtel situé à proximité, en activité et à leur nom, laisse sous-entendre que les héritiers ont repris le flambeau, et que leurs aînés ne se sont pas laissé abattre avant de partir à la retraite pour de bon, loin de cette tragique histoire.

Mais dans la région et même dans tout le pays, beaucoup d’habitants se souviennent des dégâts de la célèbre tempête, et appréhendent le moment où elle ne réapparaisse un jour, à un hiver ou un autre…

Il faudra prudemment braver cet éboulis si l’on veut accéder à l’étage…

Finalement vu ce qu’il reste de l’escalier, il vaut mieux rebrousser chemin…

Quelques décorations sont tout de même preservées, comme cette assiette de tradition et un almanach des postes et télégraphes.


“Vous avez le vin petit et la cuite mesquine.”



Souvenirs.


De toute façon, beaucoup d’objets ne peuvent être sauvés.

Parmis les débris et l’humidité, quelques lettres, photos ou cartes postales sont présentes d’avant la catastrophe.

La Normandie comme de nombreuses régions gardera en mémoire cet événement des plus marquants… Et vous, l’avez-vous connu et avez quelques anecdotes à ce sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.