Manoir des Hauts Vents

Post Disclaimer

Site actuellement en rénovation.

Pour une bonne expérience et optimisation des photographies ici présentes, je vous recommande d'utiliser le navigateur Mozilla Firefox.

En effet, selon le navigateur web que vous utilisez, certains ont modifié à leur guise le format standard des couleurs... Ne soyez donc pas surpris si quelques photographies apparaissent plus saturées qu'elles ne devraient être.

Si vous utilisez Chrome par exemple, vous pouvez toujours modifier ce paramètre en tapant chrome://flags dans la barre d'adresse, puis de modifier le Force color profile en "sRGB".

Bonne exploration/visite !

Une expédition périlleuse pour la découverte de ce charmant manoir anglais abandonné au coeur d’un petit village de campagne.

Les épaisses friches impénétrables semblaient être la première ligne de défense de cette demeure oubliée depuis les années 2000. L’accès est vraiment difficile, et les très hautes herbes recouvrent ce qu’était l’ancien jardin, autrefois entretenu près de la cour sur laquelle apparaît la malheureuse épave d’un cabriolet rouge : il s’agit d’un roadster Mazda MX-5 NB en train de pourrir sur place.

Mais en faisant le tour de la grande demeure, une fenêtre partiellement entrouverte s’offre enfin, comme une invitation tacite à l’explorer plus en profondeur. Discrètement, cette entrée mena directement à la cuisine, qui malgré un léger désordre de squat temporaire, semblait étonnamment bien rangée. La poussière recouvrait les surfaces, et dans cet épais silence qui régnait, le salon se dévoile à son tour, avec la scène chaotique d’un plafond effondré sur le mobilier, créant un tableau de destruction saisissant.

Il s’agit probablement de l’humidité présente dans la salle de bain, que nous aurons l’occasion de découvrir par la suite. Parmi les décombres, trois “habitants” sont épargnés et leur apparence donne (certes avec imagination) une idée des habitudes de vie des anciens propriétaires, ou de leurs enfants. Un doudou est posé sur un fauteuil, une poupée sur un autre, et une troisième poupée reposait sur le canapé, comme si toutes s’amusaient de l’ironie de la situation en attendant le retour de leurs propriétaires.

Plus loin dans la demeure, un autre salon était en proie au désordre. Des bouteilles d’alcool sont posées sur une petite table, témoignant peut-être de soirées passées dans la mélancolie. Des souvenirs d’une époque révolue semblaient flotter dans l’air, alors que le manoir gardait jalousement ses secrets. S’agissait-il d’un apéritif ou d’une discussion qui avait été interrompue en toute hâte ? Dans le couloir, un courant d’air se ressent, et le sifflement du vent dans l’escalier renforce un peu plus l’aura d’isolement qui règne.

Les deux chambres dévoilent chacune un majestueux lit à baldaquin, mais telle une malédiction dont la raison nous échappe, quelques délabrements ont lieu un peu partout. Un grand cheval à bascule trônait au centre d’une pièce, tandis qu’une statue d’un enfant africain posée sur une étagère ajoutait une touche d’étrangeté à l’ensemble…

L’accès donne directement à la cuisine, ordonnée et décorée de fausses fleurs et d’un style anglais.


Un magnifique bureau se dévoile malgré la présence d’un petit squat improvisé.

Un couple ou une famille anglaise vivait ici…


Tout est resté figé…

Le salon offre une perspective chaotique sous le regard de nos trois compères.

“Tiens, le plafond vient de se casser la g… – On s’en fout, c’est pas nous qui allons réparer”


“Tu as raison, quelqu’un va bien arriver pour s’en occuper. Gardons l’espoir avec le sourire ”


“Hého c’était quand même pas passé loin !”


“T’inquiète pas, regarde. Des visiteurs ! On viendra nous sauver j’en suis sûr…”

Tout a été fouillé, tout est sans dessus-dessous. Et le temps passe…


Vu d’ici, l’intérieur est décrépi, et l’extérieur se montre végétalisé…


Le temps s’est même arrêté, et le sifflement du vent se montre assez menaçant…


Un accès improvisé à l’escalier entièrement détruit, et nous pouvons nous rendre à l’étage.


Voici d’où provient le vent, depuis une fenêtre ouverte dans la salle de bain, que nous aurons pris soin de refermer.”

Dans la première pièce, un moment d’intimité avec les chemises de nuit restées posées sur les couvertures d’un lit à baldaquin.


En voici un deuxième dans la chambre principale, plus chaotique. Vu son poids, cet énorme cheval a bascule doit offrir de sacrées sensations…


“You’re right. Like the base-ball, bro…”


Qu’à-t-il bien pu se passer pour que ce charmant manoir soit abandonné de tous ?


Nul ne le sait, ce sont des secrets perdus dont l’histoire se trouve entre ses murs et parmi ses nombreuses décombres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.