Une Couronne dans le Ciel

Le voyage de plus d’un siècle à travers les lettres oubliées et les murs de cette charmante petite maison de campagne.

Souvenez-vous, j’avais déjà visité cette petite maison il y maintenant 4 ans, mais son dangereux accès à l’étage m’empêchait d’en connaitre les secrets. Il s’agissait de la Maison Capucine en référence à l’actrice et mannequin suisse du même nom qui a joué dans le film La Panthère Rose de 1963.

La situation ne s’est évidemment pas arrangée depuis et je décrivais l’âge de la maison comme se situant autour des années 1930, grâce à une lettre datée de 1938. Si celle-ci a disparue, nous décidons de braver prudemment l’escalier fragile pour trouver de nombreuses revues de plusieurs décennies différentes éparpillées partout au sol. Certaines ne dépassent pas les années 60, et nous passons un petit moment à lire la documentation de l’époque.

Livres et journaux des années 30-40, magazines des années 50-60, la vie quotidienne de ces événements nous évoquent un temps dont seuls nos anciens pourraient conter. Cela fait donc peut-être près de 50 ans que la maison est à l’abandon, alors évidemment beaucoup de meubles et d’objets d’époque ont eu le temps d’être embarqués. Mais un peu plus loin, cachées et protégées à l’abri dans le recoin d’une penderie devenue bien vétuste, nous trouvons cette fois deux lettres bien plus anciennes, qui datent de 1908.

Contrairement à la première fois, où je pensais que la propriétaire était une grand-mère qui vivait seule, on y apprend ainsi qu’un grand-père était présent dans le passé. En revanche, j’avais vu juste concernant l’existence d’une petite fille adoptée, qui leur écrit les voeux du nouvel an et une lettre de pardon. 30 années sont donc passées entre ces deux lettres, et grâce à ces écrits on suppose que la vieille femme qui vivait seule ici dans les années 60-70 était en fait la fillette devenue adulte…

Celle-ci aurait eu une autre fille, mais toujours aucune trace d’une éventuelle héritière pour cette maison qui possède toujours son brin de charme. Se manifestera-elle un jour ?


Il faudra faire preuve de prudence pour arpenter ce si fragile escalier…

Le canapé élogieux a trouvé sa place dans le salon rose.

La Croix des Jeunes, un hebdomadaire chrétien et catholique des années 1930.

Une publicité de la compagnie KLM, la plus vieille société aérienne encore en activité dans le monde

Continuons de feuilleter ce magazine rétro, où les marques de téléviseurs se faisaient concurrence.

Jacqueline Kennedy assume avec un certain charme son rôle de Première Dame des États-Unis


“Les dimanches de la Femme”, 75 centimes de francs.

Photographies d’images de la mode, où les femmes se montraient gracieuses et élégantes.

Il faudra se frayer un chemin parmi les livres au sol, en essayant de ne pas faire écrouler le plancher.

“Lisez-moi”.

Deux lettres manuscrites apparaissent à côté d’un texte illisible, comme si elles n’avaient pas été lues depuis très longtemps…


Vendredi 1er janvier 1908, les voeux de bonheurs de la petite Geneviève.





“Une belle couronne dans le ciel”…

One thought on “Une Couronne dans le Ciel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.